L’aviateur doit alors réagir de manière tout aussi intense, vol en parapente en tirant rapidement et résolument les régulateurs vers le bas jusqu’à ce que le tangage cesse. Même dans de tels cas, le stress de contrôle sera au bon degré. La norme dans cette circonstance est que le niveau de résistance dans la gestion démarre à un stade très bas. Si nécessaire, l’initiale doit déplacer les régulateurs plus bas à un degré qui peut être dangereusement proche du décrochage dans des conditions de vol standard. Crucial: au moment où le tangage vers l’avant s’est arrêté, le système de freinage doit être immédiatement relâché sans effort. En raison de l’action de balancement du pilote, la position d’invasion revient à la normale assez rapidement. Si le système de freinage est maintenu à un point également très bas, l’aile diminue dangereusement et peut caler. Encore une fois, l’aviateur est pourvu de ces détails avec la tension du manche, car il s’améliore avec la même détermination car la perspective d’assaut se normalise. La meilleure impulsion initiale possible: Libérer le (s) management (s) de manière à ce que la tension de gestion identifiée dans une situation assez neutre soit généralement gérée. Ceci est vraiment lié lorsqu’il s’agit d’une réduction asymétrique de la tension sur l’aile ou peut-être de tout l’avantage principal, c’est-à-dire d’un effondrement imminent. L’impulsion correcte dans cette situation est de porter le système de freinage vers le bas de manière décisive jusqu’à ce que la pression de gestion ait été reconditionnée, et également de décharger ensuite le (s) gestionnaire (s). Commencez en paysage haut … Si la couverture augmente dynamiquement, lorsqu’elle est guidée dans un sol particulièrement raide et également dans des conditions venteuses, la situation est la même que si l’aile tente de tanguer de manière affirmée en vol aérien. L’initiale doit immédiatement et de manière décisive tirer les systèmes de freinage de manière significative pour retenir la verrière mentionnée précédemment lui et arrêter un effondrement. Tout au long de la course à emporter, les contrôles doivent néanmoins être libérés dans le cadre d’une approche sur mesure. … et sur des surfaces lisses Un point de lancement tonique avec peu de vent soufflant sur le revers oblige l’initiale à se comporter pratiquement exactement dans le sens inverse, tout comme les situations de vol où la verrière se trouve juste derrière le pilote. Lorsque les élévateurs A sont lancés trop tôt ou peut-être les systèmes de freinage initiaux pendant la période de croissance, cela conduirait sans aucun doute à ce que l’aile ne se modernise pas plus haut que l’initial mais reste coincée juste derrière lui. Dans le cycle d’accélération en terrain plat, même un freinage comparativement moyen peut provoquer ce genre de direction élevée d’invasion que cette aile ne supprimera jamais. Voyager par avion dans les thermiques Les régions énergétiques avec des remontées au vent de plusieurs points forts et des régions descendantes exigent un type de voyage qualifié et productif. En raison d’une réduction de la tension de gestion sur le frein extérieur, qui est généralement maintenu sous tension, un initial sensible est conscient du moment où le couvercle va tomber en panne (et tire immédiatement le système de freinage vers le bas pour commencer la résistance typique). Une pression accrue de la poignée sur les freins intérieurs avec une position basse, indique à l’initiale une plus grande direction d’invasion et lui demande de décharger la poignée de ramassage afin de ne jamais provoquer de décrochage, au cas où la montée serait importante. Faire des cercles dans des thermiques turbulents exige un voyage énergique par la brillance.

 

Comments are closed.