J’ai testé les vins du nouveau monde. J’avais très envie, et depuis longtemps de tester ces vins. Les vins français sont chers, parfois dégueu, alors je me suis inscrit dans un cœur d’œnologie pour découvrir et apprendre afin de trouver d’autres vins plus à mon gout, et surtout moins chers. J’ai fait mon cours à Lille. C’était top. J’ai même trouvé un cours sur un vin que je ne soupçonnais pas en Australie, le Riesling. Dans les années 1960 et 1970, nombre des meilleurs Rieslings de Leo Buring étaient issus du vignoble Florita,dans l’Australie du Sud. Mais vers 1985, l’industrie viticole australienne dut faire face à une surproduction de raisins. Jim Barry acheta Florita à Lindeman pour une bouchée de pain en 1986, et l’exploitation produit depuis l’un des meilleurs exemples de Rieslings de Clare Valley, aux côtés du Polish Hill de Paul Grosset et des bouteilles de Classic Clare de Watervale et Leasingham. Étoffé, exotique et riche en arômes, le Florita 2005 a une charmante texture en bouche. Ses arômes évoquent le citron, le citron vert, la mandarine et le pamplemousse. Au cœur du vin se trouve une note minérale caractéristique de ce vignoble. Bien que riche et rond, il garde une grande fraîcheur grâce à la touche classique d’acidité de Clare Valley, qui masque un soupçon de moelleux, malgré un 2005 très sec, sans aucune trace de sucre résiduel. Comme de nombreux Rieslings de Clare Valley, il possède la charpente nécessaire au vieillissement, mais sera sans doute plus apprécié jeune, lorsque l’acidité et le fruit sont encore à leur apogée. Ce vin est tout bonnement excellent, mais je vous mentirais si je vous disais qu’il n’était pas cher. Néanmoins, j’ai adoré cette découverte. Je vous invite également à découvrir ces vins du nouveau monde, parce que justement ils sont différents. Et ils vous procureront une autre manière de percevoir la qualité des vins français. Je vous recommande mon cours d’œnologie à Lille (suivez le lien pour plus d’info) qui était très bien.

Tagged with:
 

Comments are closed.