Au cours de la dernière décennie, Evolution Sails est passé d’un petit loft autonome en Nouvelle-Zélande à une marque de renommée internationale avec un réseau en expansion de lofts franchisés sur les principaux marchés, une usine à membrane exclusive fournissant une vaste liste de lofts indépendants et une solide base solide. dans son marché cible. «C’est une course phénoménale», déclare le fondateur et propriétaire Rodney Keenan, qui a commencé à faire de la voile en 1991 avec Lidgard Sails, puis a travaillé avec Doyle et Qantum. «Evolution Sails enregistre une croissance annuelle de 20 à 30%. Nous avons des lofts en Nouvelle-Zélande, en Australie, aux États-Unis, en Italie, en Norvège, en Espagne et au Canada, et nous poursuivons les discussions sur l’intégration de nouvelles franchises. De nouveaux groupes viennent souvent voir ce que nous faisons pour nous inscrire. » Quand on considère que 2009 a été le point culminant de la crise financière mondiale, il a été courageux de se lancer seul dans une nouvelle opération de fabrication de voiles. Evolution Sails a commencé dans une modeste 600m2 d’usine, mais avec une vision audacieuse. Elle ne serait pas concurrentielle dans les segments les plus bas du marché, mais serait plutôt axée sur des voiles de haute performance particulièrement destinées au marché des grands yachts, utilisant des matériaux, des systèmes de fabrication et des personnes de qualité supérieure. Comme exemple de son standard de recrutement, Keenan se souvient d’avoir parlé à un cadre supérieur de Dimension Polyant, le plus grand fabricant de voiles à voile du monde. «Je lui ai demandé qui il considérait comme le plus grand ingénieur en plastifiant du monde. Six semaines plus tard, il travaillait chez Evolution Sails en tant que directeur technique. » Désormais située dans des locaux beaucoup plus vastes, l’opération en Nouvelle-Zélande compte désormais plus de 30 personnes, notamment des aérodynamiciens hautement qualifiés, des experts en flux dynamiques, des concepteurs et des ingénieurs. À partir de Keenan, la plupart des employés sont des marins passionnés et accomplis. Josh «Boo-Boo» Tucker est le dernier à signer. Au moment de la rédaction de cet article, il participait à la course exténuante à deux mains de la Nouvelle-Zélande et testait de nouveaux concepts Evolution. Une filiale, EM2, fabrique des membranes composites pour ses propres produits, mais fournit également des marques indépendantes dans le monde entier. Celle-ci a été établie en Nouvelle-Zélande en 2016 et utilise une machine à tracer personnalisée pour déposer des fibres de carbone et de twaron sur un stratifié de base. Un stratifié supérieur est ensuite posé et soumis à un puissant vide et post-séché électroniquement dans un environnement à température contrôlée. «Cette usine fonctionne souvent 24h / 24 et 7j / 7», déclare Keenan. «L’année dernière, nous avons produit environ 20 000 m2 de membrane sur commande. Notre processus de fabrication prend un peu plus de temps et coûte un peu plus cher, mais notre philosophie est de le faire une fois et de le faire correctement. Le coût supplémentaire de la construction est économisé en évitant les demandes de garantie et en fournissant un produit supérieur au client. «Dès le départ, j’ai pensé que nous ne ferions aucun compromis sur la qualité de nos opérations. Nous avons eu une chance de bien faire les choses et nous ne pouvions pas nous permettre des erreurs. La fabrication de voiles est une activité très capitalistique et il aurait été désastreux pour nous d’être mêlés à de nombreuses questions de garantie. Cette approche a porté ses fruits.  » Au cours de sa première année, la marque s’est lancée de la meilleure façon possible avec une série de victoires en course. «Nous avons remporté la Trans-Atlantic Race, la Middle Sea Race, la Big Boat Series et les championnats américains IRC. Nous avons remporté six ou sept courses Rolex la première année, ce qui était phénoménal si nous n’avions que 0,3% du marché à ce stade. » Le succès en course a fourni une plate-forme de croissance dans la partie supérieure de la scène de superyacht et le logo Evolution est apparu sur plus de 60 yachts de plus de 100 pieds, avec des voiles individuelles ou des armoires complètes. Reconnaissant que le très grand marché des yachts est dominé par des marques concurrentes, Evolution a trouvé un créneau sain dans la gamme des 60 à 100 pieds. «C’est un domaine où l’accent est mis sur la performance, particulièrement avec des sociétés comme Swan, Southern Wind, Baltic et Wally. « En outre, dans le secteur des yachts de production, certains de leurs bateaux grossissent et de nombreux propriétaires veulent des voiles plus performantes et plus performantes. » Keenan affirme que la recherche et le développement en cours les ont conduits à la découverte d’un nouveau matériau passionnant qui, selon lui, a le potentiel de porter la durabilité à un niveau supérieur. « Nous sommes en train de négocier des négociations solerights en ce moment même. » Cela fait partie d’une volonté d’améliorer l’aspect de durabilité de la fabrication de voiles. Keenan pense qu’en matière de gaspillage, d’utilisation de plastiques et d’autres produits, la fabrication de voiles processus doit faire mieux. «Expédier 20 000 m2 de membrane signifie 40 000 m2 de support, qui est jeté», explique-t-il. «C’est cool de travailler à la recherche de solutions technologiques qui nous permettront de l’éclairer et de le faire durer. De plus en plus, les propriétaires de bateaux à tous les niveaux du sport cherchent à être plus responsables à cet égard. » Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de ce de randonnée de jet ski à Théoule.

 

Comments are closed.