Non, la France n’a pas l’apanage des bons vins. J’en suis convaincu depuis des années, et ceux qui méprisent encore les vins californiens ou australiens le font sans doute par pur chauvinisme, ou n’y ont plus goûté depuis longtemps : car depuis quelques années, ces vins-là se sont grandement améliorés. Pourtant, il n’y a pas besoin de traverser l’océan pour trouver d’autres bons vins. En fait, notre plus grand concurrent est un voisin qu’on a tendance à oublier : l’Italie. Un cours d’oenologie auquel j’ai participé la semaine dernière me l’a encore prouvé, car j’y ai dégusté quelques fameux vins italiens qui n’avaient vraiment rien à envier aux nôtres. Alors, si vous connaissez mal ces vins et souhaitez sortir un peu de nos vignobles, voici une liste non exhaustive (loin de là !) de quelques bons vins que vous devriez découvrir. Par où commencer ? Par le franciacorta, peut-être. Celui-ci est produit en Lombardie, entre Brescia et le lac d’Iseo. Ce vignoble est remarquable par ses jolis paysages mais aussi par sa très belle montée qualitative au cours des années 1980. Le blanc est obtenu à partir du pinot blanc et du chardonnay. Sec, présentant une discrète robe jaune, à la fois fruité, souple, équilibré et élégant, il se sert jeune (1 ou 2 ans) et frais pour accompagner d’as coquillages et crustacés de qualité, des poissons avec des sauces fines ou des volailles farcies ou en sauce. Quant au rouge, il est à base de cabernet franc, majoritaire, de barbera et de nebbiolo; bien structuré et équilibré, on le déguste chambré dans les 3 à 5 années qui suivent la date de la mise en bouteille. Il se marie à merveille avec des viandes rouges rôties et de l’agneau. Il existe aussi un spumante (effervescent) à ouvrir pour l’apéritif. Ensuite, il y a le frascati, qui est un blanc sec très connu, produit dans le Latium ; il se révèle parfois un peu décevant, mais quand il est de qualité, il mérite d’être apprécié frais sur les poissons grillés (il existe aussi en doux appelé cannellino). Enfin, il y a le gattinara, un vin rouge de garde (de 8 à 10 ans) à base de nebbiolo produit dans le nord du Piémont ; tannique et charpenté, il révèle un bouquet expressif, avec des notes florales (violette), fruitées et épicées. Il doit être servi chambré, et il s’associe avec les viandes rouges, les fromages à pâte persillée (comme le gorgonzola), les abats, les gibiers à plume et des mets comme le bouilli. Cousin du gattinara, on peut aussi opter pour le ghemme, qui est moins connu mais très régulier en qualité. J’espère vous avoir donné envie par cette petite présentation de vous initier à ces vins qui ne déméritent pas et qui, je le répète, n’ont vraiment rien à envier à nos vins. D’ailleurs, lors de ce cours d’oenologie (suivez le lien pour plus d’infos), il y avait aussi des vins français, et c’est pourtant les vins italiens que nous avons préféré. Et il s’agissait pourtant d’une dégustation à l’aveugle.

Tagged with:
 

Comments are closed.