S’il s’agissait d’une entreprise, la mafia serait l’une des plus prospères d’Italie et l’une des plus importantes d’Europe. Mais comment est-il devenu si puissant ? Cette colonne soutient qu’elle a commencé avec le contrôle du commerce international du citron au 19e siècle.
La mafia italienne peut être considérée comme l’une des entreprises les plus importantes et les plus prospères d’Italie. Dans l’un des derniers rapports du ministre italien de l’intérieur, il a été estimé que les revenus du seul secteur informel lié à la mafia s’élèvent à près de 180 milliards d’euros. En termes de PIB, les revenus des entreprises liées à la mafia représentent près de 12 % du PIB italien total et sont égaux à la somme des PIB de l’Estonie, de la Croatie, de la Roumanie et de la Slovénie (Ruffolo et al. 2010). À ce jour, la mafia italienne est la forme de crime organisé la plus performante en Europe et comparable aux organisations criminelles chinoises, japonaises, russes et sud-américaines en termes d’activité.
Compte tenu de la pertinence économique et sociale de la question, il est naturel de se demander pourquoi ces formes de criminalité organisée se développent et quels facteurs expliquent la variation interrégionale de la mafia. Des explications à la fois institutionnelles et historiques ont été proposées dans la littérature. Fiorentini (1999), Grossman (1995) et Skaperdas (2001) se concentrent sur la faiblesse des institutions, la prédation et l’application des droits de propriété. D’autre part, en ce qui concerne la mafia sicilienne, Villari (1875), Sonnino et Franchetti (1877) et Colajani (1885) se concentrent sur l’héritage du féodalisme, le développement du latifundisme et une perte de capital social et de confiance publique.
Même si la littérature ci-dessus fournit des explications plausibles sur l’origine du crime organisé, il est encore difficile de comprendre pourquoi nous observons une énorme variation entre les régions connaissant des conditions très similaires. Les formes organisées de criminalité n’apparaissent normalement que dans un petit nombre de localités et s’étendent ensuite à toute la région. Il est donc important de comprendre ce qui est spécifique à ces quelques localités où la mafia apparaît.
Dans un nouvel article (Dimico et al. 2012), nous essayons d’expliquer une telle variation de la mafia dans les villages de Sicile en utilisant une enquête parlementaire sur les conditions économiques, sociales et morales des paysans siciliens en 1886. Notre hypothèse est que la La variation de la présence de la mafia dépend du développement de l’industrie du citron en Sicile. Nous soutenons que la Sicile avait une position dominante sur le marché international du citron qui était le résultat de barrières à l’entrée liées aux exigences climatiques particulières pour la végétation des citronniers. Ces conditions climatiques particulières requises par la plante ont fourni des variations entre les pays et les villages susceptibles de produire des citrons, ce qui a entraîné une position dominante naturelle pour les pays de la Méditerranée, en particulier pour la Sicile. La position dominante, associée à une augmentation de la demande internationale après le 19e siècle (lorsque Lind a prouvé l’effet bénéfique des citrons dans le traitement du scorbut), a fourni d’énormes profits associés au secteur que la mafia utilisait systématiquement pour extorquer en échange d’une protection qui pourrait pas être fournis par l’État. Nous considérons ces profits provenant de structures de marché imparfaites comme une condition naturelle du développement de la mafia.
Le tableau 1 rapporte la répartition des citronniers dans le sud de l’Italie en 1898. Le nombre total d’arbres en Sicile s’élève à près de 70% de tous les arbres en Italie, ce qui confère à la Sicile une position dominante nationale dans l’industrie.
Compte tenu de l’ampleur de la production et de la demande internationale de citrons, le secteur était d’une importance stratégique pour l’économie sicilienne locale. Ceci est illustré dans le tableau 3, où nous rapportons des statistiques descriptives pour les marchandises les plus importantes exportées, la quantité et les revenus du port de Messine en 1850. Les revenus des agrumes et des produits dérivés sont presque égaux à 9,2 millions de lires, représentant près de 42,4% du total des recettes d’exportation. Compte tenu des profits importants associés au secteur, la mafia pourrait extorquer une partie de ces profits en échange d’une protection.
Nous recueillons des données au niveau de la ville pour toute l’île à partir de l’enquête Damiani (1886). Cette enquête faisait partie d’une enquête plus large, approuvée en mars 1877 et proposée par Stefano Jacini, qui visait à évaluer les conditions du secteur agricole et les conditions de la paysannerie dans chaque région d’Italie. L’enquête Damiani représente l’une des premières et des plus importantes sources primaires sur les conditions économiques et sociales de la Sicile dans les années 1880 et fournit des informations précieuses sur le type de cultures produites, la charge fiscale, les salaires, les relations entre paysans et propriétaires, la lubricité et la religiosité des peuple, la corruption du clergé, l’État de droit et la criminalité. En utilisant cette source, nous codons des variables pour la présence de la mafia, le type de cultures produites, l’échelle de la plantation, l’état de droit et d’autres variables importantes et constatons que la présence de la mafia est fortement associée à la production de citrons. Le tableau 4 rapporte la corrélation par paires, qui montre que la mafia est positivement corrélée avec les agrumes (corrélation de 0,39), avec les plantations à grande échelle (corrélation de 0,25) et avec l’efficacité de la politique de fractionnement (corrélation de 0,26), comme l’a soutenu Bandiera (2003 ). Nous effectuons également une analyse de régression plus détaillée, en utilisant les estimateurs Probit, OLS et IV et la relation entre la mafia et la production de citrons est largement confirmée.
Conclusion
Contrairement aux travaux existants qui mettent l’accent sur les facteurs institutionnels et historiques, cette étude analyse l’importance de la présence de coûts fixes comme source d’imperfections du marché et de profits très élevés dans certaines villes. Nous soutenons que la production d’oranges et de citrons était associée à une forte demande internationale ainsi qu’à des coûts fixes substantiels à la fin des années 1800. Cette rentabilité, combinée à un vide généralisé des institutions, a fourni un terreau idéal pour une mafia assurant une protection privée aux producteurs de citron.

 

Comments are closed.