J’ai suivi un cours de cuisine. J’ai souvent eu envie de réaliser un atelier de cuisine, et j’ai eu la possibilité. J’ai effectué cet atelier avec un chef talentueux qui travaille également la cuisine moléculaire. Et au menu, une exécution des plats fondés sur la pate de noix. Très original. Authentique origine de la noix, le Périgord, à travers les hommes de Cro-Magnon, cultivait alors cette graine, il y a près de 1650 ans. Passant le temps, la noix très rare, et donc, avec le temps, au Xème siècle, les setiers de noix étaient utilisées à acquitter les arriérés des agriculteurs, cependant que, 3 siècles après, la pate de noix, considérée, en ce temps, comme aussi précieuse que l’or, permettait de acquitter les fermages. Ses applications étaient en ce temps diverses: les fermiers l’employaient ainsi en cuisine et pour éclairer leurs masures, alors que les femmes se rendaient propres avec des savons conçus à l’huile de noix. C’est de plus cette vente de l’huile qui a permis l’affluence du territoire. J’ai eu l’opportunité de faire 3 concoctions, avec une touche de cuisine moléculaire, qui s’est plus tard suivie du repas des plats avec le reste participants. C’était assez agréable. A l’époque actuelle, les cours alimentaires sont souvent suivis et la préparation en cuisine enflamme les foules. Egalement savoir cuisiner permet en conséquence de faire reculer la destruction alimentaire. Tout français gaspille de cette manière 21 Kg chaque année. La croisade contre gaspi est une des priorités dans l’hexagone en 2014. Je suggère une opinion, qui est de proposer des formations de cuisine en faveur d’inculquer à exploiter tous le restant et se garder de fait de jeter. Il me semble que c’est une très bonne idée. Cliquez sur le lien si vous pareillement vous envisagez d’effectuer un cours de cuisine à Paris.

 

Comments are closed.