Il y a deux semaines, un séminaire consacré à l’économie. Le séminaire n’avait rien d’extraordinaire. Mais l’un des intervenants a apporté une répartie pour le moins intéressante à une critique souvent portée aux analystes économiques : la conviction que l’économie est une science incertaine. La réponse qu’il donnait précisait qu’en économie, il est important de’isoler l’économie positive et l’économie normative. Même si tous les économistes s’ajustaient sur une analyse économique positive sur la marche du monde, il y aurait encore de la marge pour des conflits concernant les recommandations normatives, élaborées selon des jugements de valeur pouvant différer. Pas mal des désaccords entre experts se situent en réalité dans ce cadre. En outre, il n’est pas non plus étonnant de remarquer des désaccords majeurs et persistants en économie positive. Les situations dans lesquelles l‘économie peut devenir une science expérimentale sont effectivement relativement rares. Par exemple, il serait exagérément onéreux de mettre au chômage la majorité de la population afin de regarder comment l’économie fonctionne dans une telle situation. Comme il est assez malaisé de procéder à de telles mises en situation, les économistes doivent par conséquent contraints de chercher à dissocier divers facteurs dans les données anciennes. L’utilisation de statistiques sur de nombreuses années appuie cette explication, mais apporte un autre obstacle. Comme les institutions et les attitudes changent progressivement, il est possible que des données remontant à de nombreuses années en arrière ne soient plus adéquates pour analyser le comportement actuel. En définitive, les problèmes auxquels ont affaire les économistes doivent faire face sont difficiles et ils peuvent seulement faire de leur mieux. Ce séminaire à Lisbonne s’est achevé sur une idée particulièrement plaisante : la plupart des individus lambdas admet ne pas s’y connaître beaucoup en mathématiques ; mais chacun est convaincu en connaître un bout à propos des problèmes étudiés par l‘économiste.

 

Comments are closed.