Un homme connu des services de police et de renseignement a attaqué samedi matin une patrouille de l’opération Sentinelle à l’aéroport d’Orly, avant d’être abattu. Les résultats de son autopsie, révélés dimanche soir, ont mis en évidence la présence d’alcool (0,93g par litre), mais aussi de cannabis et de cocaïne dans son sang. Voici ce que l’on sait de cette attaque, qui fait l’objet d’une enquête ouverte par le parquet antiterroriste: Vers 6h55, le suspect blesse un policier à la tête avec un pistolet à grenailles lors d’un contrôle routier à Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise), au nord de Paris. Il prend ensuite la fuite. Puis il est repéré au sud de la capitale, à une trentaine de kilomètres, à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) où il fait irruption dans un bar en proférant des menaces et en tirant, sans blesser personne. Il vole son véhicule à une femme et se rend ensuite à l’aéroport d’Orly, à une dizaine de kilomètres, à 8h06. Au premier étage du hall A d’Orly-Sud, il jette «au sol un sac à dos contenant un bidon d’hydrocarbures», a précisé le procureur de Paris François Molins. Le suspect s’en prend à 8h22 à une patrouille de trois militaires de l’opération Sentinelle en lançant: «Posez vos armes! Mains sur la tête! Je suis là pour mourir par Allah. De toute façon, il va y avoir des morts», a rapporté le procureur. Il tente de s’emparer de l’arme à feu de l’une des militaires, la menace avec son pistolet à grenailles, l’utilise comme bouclier, tente de la désarmer à trois reprises, puis réussi à saisir le Famas et à le placer en bandoulière.

 

Comments are closed.